Les lacunes du diagnostic de la tuberculose, l’une des premières causes de décès dans le monde

Sur 10,4 millions de nouveaux cas de tuberculose en 2015, on estime que 4,3 millions2 auraient pu être facilement détectés mais n'ont pas été diagnostiqués. À l’échelle mondiale, nous devons progresser beaucoup plus rapidement pour prévenir, détecter et traiter la tuberculose afin de lutter efficacement contre cette cause majeure de décès dans le monde.

La mite se camoufle parfaitement dans son habitat. De même, la tuberculose est difficile à identifier en raison de la banalité de ses symptômes, notamment un état grippal. Aux stades avancés de la tuberculose, les poumons des patients prennent un aspect mité. La solution TB-LAMP est une méthode moléculaire de dépistage du complexe Mycobacterium Tuberculosis. Les résultats positifs réagissent en vert, ce qui permet de détecter facilement la tuberculose.

Qu’est-ce que la tuberculose ?

La tuberculose est causée par des bactéries (Mycobacterium tuberculosis) qui se propagent par voie aérienne et touchent le plus souvent les poumons. Il suffit d’inhaler seulement quelques-uns de ces germes pour être contaminé.1 Les symptômes classiques de la tuberculose sont une toux accompagnée d’expectorations teintées de sang, des douleurs thoraciques, un état de faiblesse, une perte de poids, de la fièvre et des sueurs nocturnes.

Poids mondial de la tuberculose

Au cours de l’Assemblée mondiale de la Santé et de l’Assemblée Générale des Nations Unies, les gouvernements se sont accordés sur des cibles mondiales pour mettre fin à l’épidémie de tuberculose ; ces cibles sont intégrées aux Objectifs de développement durable et visent une baisse de 90 % des décès liés à la tuberculose, ainsi qu’une réduction de 80 % du nombre de cas de tuberculose d’ici 2030 par rapport à 2015.

Même si les initiatives de lutte contre la tuberculose ont sauvé plus de 53 millions de vies entre 2000 et 2016, le poids mondial de la tuberculose continue à augmenter, en particulier dans les régions du monde les plus pauvres, vulnérables et socialement isolées. Plus de 95 % des cas de tuberculose surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, où il est rare de pouvoir accéder à un diagnostic et à un traitement d’un bon rapport coût-efficacité.

De plus, la tuberculose figure parmi les principales causes de décès des personnes infectées par le VIH, puisqu’il s’agit de maladies co-infectieuses. Selon les estimations, le risque de développer une tuberculose est 16 à 27 fois plus élevé chez les personnes vivant avec le VIH que chez les personnes non infectées par ce virus. Bon nombre de cas de tuberculose ne sont pas diagnostiqués chez les patients infectés par le VIH car les symptômes de tuberculose peuvent être moins spécifiques, voire absents. Le dépistage de la toux seule ne permet pas d’identifier certains patients dont la tuberculose sera confirmée par culture.6 Cependant, même avec ces tests, 50 % des cas peuvent échapper au diagnostic.   

Pour un dépistage fiable de la tuberculose

The TB-LAMP method is a sensitive and robust tool that not only provides accurate testing, but also delivers fast results, is cost effective and requires minimum training. Equipping laboratories with the right resources and methods that detect TB will help close the gap of detecting TB. Le dépistage et les examens réalisés pour diagnostiquer la tuberculose restent des défis majeurs. Sur environ 10,4 millions de nouveaux cas de tuberculose en 2015, seuls 6,1 millions ont été détectés, ce qui représente 4,3 millions de cas non diagnostiqués.2 Les cas de tuberculose sous-notifiés représentent non seulement un poids pour les groupes socio-économiques les plus défavorisés, mais posent également la question de la fiabilité du dépistage de la tuberculose.

L’examen microscopique de frottis d’expectoration est la principale méthode de détection de la tuberculose dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Cette technique simple, rapide et peu coûteuse comporte malheureusement des limites importantes. Sa sensibilité est nettement compromise lorsque la charge bactérienne est inférieure à 10 000 organismes/ml dans les échantillons de crachats.7 L’examen microscopique des frottis permet de détecter seulement 50 % des cas de tuberculose, ce qui signifie qu’un cas sur deux échappe au diagnostic.7

En revanche, l’efficacité de la méthode TB-LAMP a été démontrée dans l’obtention de résultats fiables et rapides, puisqu’elle permet de détecter 15 % de cas de tuberculose en plus par rapport à l’examen microscopique des frottis.4 L'amplification isotherme induite par boucle (LAMP) est une méthode unique d’amplification de l’ADN indépendante de la température, facilitée par une lecture optique visuelle. TB-LAMP est un test manuel qui peut être lu à l’œil nu sous lumière ultraviolette et nécessite moins d’une heure pour être effectué. Ce test est solide et ne nécessite pas d’instrumentation sophistiquée, mais une infrastructure de laboratoire minime ; il peut être utilisé dans des centres de santé périphériques. La méthode TB-LAMP peut être utilisée comme test de première intention chez tous les groupes de patients lorsque le système GeneXpert n’est pas disponible5 et peut également servir à confirmer les résultats de frottis négatifs.

L’Organisation mondiale de la Santé recommande l’utilisation de la méthode TB-LAMP...

1. En tant que test de substitution à l’examen microscopique des frottis d’expectoration pour le diagnostic de la tuberculose pulmonaire chez l’adulte présentant des signes et symptômes évocateurs de cette maladie.    

2. En tant que test complémentaire de l’examen microscopique des frottis chez l’adulte présentant des signes et symptômes de tuberculose pulmonaire, en particulier lorsque de nouveaux tests doivent être pratiqués sur des frottis d’expectoration négatifs.  

La méthode TB-LAMP est un outil sensible et solide qui permet non seulement de mener des tests fiables, mais aussi d’obtenir des résultats rapides tout en étant rentable et en nécessitant une formation minime. L’équipement des laboratoires en ressources et méthodes appropriées pour détecter la tuberculose permettra de combler les lacunes du dépistage de cette maladie. 

Combler les lacunes du dépistage et traiter la tuberculose

La tuberculose est une maladie que l’on peut soigner et guérir grâce à un traitement standard de 6 à 9 mois associant 4 antibiotiques. Parmi les antibiotiques fréquemment prescrits figurent l’isoniazide, la rifampicine (RIF), l’éthambutol et le pyrazinamide. 5

Cependant, le traitement repose avant tout sur un dépistage fiable de la tuberculose. Les laboratoires jouent donc un rôle décisif pour atteindre l’Objectif de développement durable défini pour 2030, à savoir réduire de 90 % le nombre de décès liés à la tuberculose et de 80 % le nombre de cas de tuberculose.2 Nous espérons qu’avec l’inclusion des produits TB-LAMP de HUMAN, les pays du monde entier auront un meilleur accès à des tests diagnostiques sensibles de la tuberculose et bénéficieront d’un soutien dans leur lutte pour éradiquer cette maladie.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur les produits TB-LAMP développés par HUMAN.

Bibliographie

1. WHO “What is TB? How is it treated?” World Health Organization, January 2018. Web. 21 March 2018. http://www.who.int/features/qa/08/en/

2. WHO “Global TB Report 2017” World Health Organization, 2017: Report.

3. WHO “The End TB Strategy 2015”, World Health Organization, 2015: Report.

4. WHO “The use of loop-mediated isothermal amplification (TB-LAMP) for the diagnosis of pulmonary tuberculosis, Policy Guidance” World Health Organization, 2016: Policy Guidance 2016.  https://www.finddx.org/wp-content/uploads/2016/08/WHO-Guidance-on-TB-LAMP-2016.pdf

5. GLI “GLI model TB diagnostic algorithms (2017) GLI global laboratory initiative advancing TB diagnosis” Global Laboratory Initiative advancing TB diagnosis, March 2017. www.stoptb.org/wg/gli/assets/documents/GLI_algorithms.pdf

6. Ernst, D Joel “HIV and Tuberculosis: a Deadly Human Syndemic” Clinical Microbiology Reviews, 2011 April: Review. www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3122491/

6. Desikan P “Sputum smear microscopy in tuberculosis: is it still relevant? Indian Journal of Medical Research, 2013 March. www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3705651