Pourquoi l'antithrombine est tellement importante

En cas d'événement thromboembolique aigu, chaque minute compte pour le patient. Il est cependant tout aussi important d'identifier les facteurs de risque susceptibles de provoquer un accident thromboembolique. Un diagnostic exact doit être établi, en identifiant la cause des modifications du taux d’antithrombine, et un traitement adapté mis en place.

Qu'est-ce que l'antithrombine ?

L'antithrombine (AT) est un anticoagulant naturel synthétisé dans le foie. Elle réduit l'activité de la thrombine et du facteur de coagulation Xa (FXa), tous deux responsables de la coagulation sanguine. Une baisse même légère du taux d’antithrombine suffit à augmenter le risque d’accidents thromboemboliques tels que la thrombose veineuse profonde (TVP) ou l’embolie pulmonaire1.

L'antithrombine forme un complexe irréversible avec la thrombine et le facteur Xa. En présence d’héparine, la formation de ce complexe est 1000 fois plus rapide. La présence d’antithrombine est indispensable pour que l’héparine, fractionnée ou non fractionnée, puisse exercer son activité anticoagulante.

Quand faut-il doser l'antithrombine dans le plasma ?

Le dosage de l'AT est indiqué dans les cas suivants :

  • Dépistage et diagnostic d'un déficit en antithrombine
  • Accidents thromboemboliques récurrents
  • Suspicion d'un déficit en antithrombine héréditaire
  • Suspicion d'un déficit en antithrombine acquis
  • Suivi d'un traitement de substitution
  • Non réponse au traitement à l'héparine
Thrombose veineuse profonde

Comment interpréter les taux d'antithrombine mesurés

Un déficit héréditaire (rare) en antithrombine est souvent associé à une maladie thromboembolique. Des déficits acquis (plus fréquents) s’observent en cas de maladie hépatique ou rénale, de cancer métastasé et de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD).

Produits connexes

Hemostat Antithrombinliquid est un dosage chromogénique, basé sur le facteur Xa, qui permet de quantifier l'antithrombine fonctionnelle même à des taux très bas.  Il présente l'avantage :

  • d'être prêt à l'emploi
  • d'utiliser des réactifs stables pendant 21 à 25 heures
  • de ne pas être sensible à l'héparine

Références

1. Bhakuni, T., et al., Antithrombin III deficiency in Indian patients with deep vein thrombosis: identification of first India based AT variants including a novel point mutation (T280A) that leads to aggregation. PLoS One, 2015. 10(3): p. e0121889.

2. Khor, B. and E.M. Van Cott, Laboratory tests for antithrombin deficiency. Am J Hematol, 2010. 85(12): p. 947-50.

3. Bauer, K.A., T.M. Nguyen-Cao, and J.B. Spears, Issues in the Diagnosis and Management of Hereditary Antithrombin Deficiency. Ann Pharmacother, 2016. 50(9): p. 758-67.

4. Patnaik, M.M. and S. Moll, Inherited antithrombin deficiency: a review. Haemophilia, 2008. 14(6): p. 1229-39.

5. Funk, D.M., Coagulation assays and anticoagulant monitoring. Hematology Am Soc Hematol Educ Program, 2012. 2012: p. 460-5.

6. Thachil, J. and C.H. Toh, Current concepts in the management of disseminated intravascular coagulation. Thromb Res, 2012. 129 Suppl 1: p. S54-9.